Tuesday, June 23, 2009

La nature humaine

English ✮ Français

En un mot: Effrayante

Et je me demande pourquoi en dépit de tout mon pessimisme, c'est à chaque fois avec de gros yeux que je découvre de nouvelles histoires, plus répugnantes les unes que les autres! Ma naïveté m'étonne moi-même.

Il y a de çà seulement deux semaines à peu près, je suis tombée sur un très bon (comme d'habitude) billet par Mam'zelle Scarlett: Quand internet se met à harceler. L'auteur commence par expliquer le background de l'article "Une gamine américaine qui s’est suicidée après avoir été insultée, vannée sur son physique, bref harcelée sur internet. Elle a vécu cela comme une véritable humiliation puisque ça a fait le tour de son collège. [...] Sans que ce soit sans commune mesure, je me demande parfois si les blogs ne relaient pas certains jugements sur d’autres blogueurs qui pourraient s’apparenter à une forme de lapidation virtuelle."

Pourquoi est-ce que je me rappelle ce billet maintenant?

Ce matin je suis passée par Twitter et j'y ai trouvé un lien qui m'a intriguée: Google in court in Italy.

Au début, j'ai cru que ça devait être encore un truc financier, genre Louis Vuitton qui porte plainte contre Google parceque quand on recherche le mot "Vuitton" on se retrouve avec des liens conduisant à des sites de contrefaçon.

Mais non, cette fois, comme l'explique Steve Vaile, il s'agit d'une affaire de protection de la vie privée. Et de bizutage.

Cette fois, l'humiliation s'est produite non seulement dans le monde virtuel, mais aussi dans le monde réel. Une bande de crétins ont trouvé hilarant de torturer un garçon trisomique! Mais ça ne s'arrête pas là bien entendu. Parcequ'ils sont bien fiers de leur idées géniales, ils filment la séance de bizutage... Non, non, c'est pas finit... Et ils postent la vidéo sur Google. Apparemment, une plainte a été déposée auprès des administrateurs qui ont immédiatement retiré la vidéo en moins de 24 heures. Google se retrouve néanmoins devant la justice.

Je ne vais pas débattre ce sujet mais si vous êtes intéressés, les réponses que j'ai postée sur les deux articles sont ici-bas, en bleu.

Ce que je trouve à la fois triste et inquiétant c'est qu'à chaque fois que l'humanité progresse et de nouvelles découvertes semblent nous mener vers une vie de meilleure qualité, ces mêmes découvertes sont immédiatement transformées en outils de menace.

Aujourd'hui, il est complètement inconcevable de s'imaginer notre vie sans Internet. Les bénéfices sont incontestables.

Mais c'est déjà avec beaucoup de difficultés que la justice, les libertés, les lois et les droits les plus fondamentaux sont protégés, mis en œuvre et accomplis. Alors ajoutons à tout ce petit monde réel, un petit monde virtuel tout aussi vaste, si ce n'est plus. Notre génération ,et probablement celles à venir, a du pain sur la planche.



J’avais vu une émission il y a pas longtemps sur le bizutage virtuel. J’ai été choquée par ce que ces adolescents ont fait et par les arguments qu’ils tiennent pour se justifier! Avant les plus faibles craignaient les cours de récré, mais une fois chez eux, ils étaient en sécurité. Maintenant, il n’y a même plus où se cacher!

J’ai été témoin de quelque chose de similaire sur Facebook récemment. Une copine à moi, militante politique en toute transparence et qui a investit tous ses efforts, Facebook inclus, lors de nos dernières élections (hier) est membre d’un certain parti politique. Ses “status” sur Facebook se sont transformés en campagnes électorales et bon, en général tous ses “amis virtuels” savent d’où elle vient et ce qu’elle pense. Et après tout, elle est sur son propre site et elle est libre d’y écrire ce qu’elle veut. Jusqu’au jour où, grand sacrilège, elle écrit qu’elle n’est pas d’accord avec le leader de son parti en ce qui concerne une décision qu’il a prise (rien de grave, elle compte toujours voter pour lui, mais elle a eu le malheur de donner son avis sur un truc banal) et là, tous ces soit-disant “amis” se sont jetés sur elle comme un lion sur une antilope. Moche la comparaison? Et bein la réalité était pire. Elle a été traitée de traitresse et de je ne sais quelles autres conneries, des étalages d’insultes sur son propre profil! Et le pire c’est qu’elle comptait toujours voter pour le même parti (et c’est ce qu’elle a fait d’ailleurs)!

Moi aussi il m’arrivent de lire des choses qui ne me plaisent pas, mais ma devise c’est: si tu n’as rien de bien ou de neutre (au minimum) à dire, tais-toi quand tu n’es pas chez toi.

Après tout, commenter c’est facultatif.

(c’est aussi un privilège que l’auteur te donne, alors, un peu de respect en retour ne tue personne)

En d’autres termes, oui, donne tes idées honnêtement sur ton site/profil/etc. mais quand tu es chez les autres, respecte-les comme tu voudrais qu’ils te respectent.

Moi aussi parfois je lis des choses qui me donnent envie de gueuler des sauvageries! On a tous des réactions un peu extrêmes parfois face à certains propos. C’est humain. Il faut juste savoir se retenir. C’est aussi et surtout ça être humain.

Ça ne sert à rien d’aller salir les sites des autres avec de la pure méchanceté. Tu n’aimes pas ce que tu lis, clique ailleurs.

Et si tu cherches juste à te battre, tu peux toujours aller sur un forum et débattre autant que tu veux. Il y a des plateformes juste pour ça. Mais sur les sites privés, respecte les gens que tu visitent.


Privacy issues are very important, especially nowadays with all the new means available to all, allowing virtually anyone to break boundaries of decency.


However, I think that the problem here is not privacy.

It is bullying.

Did the fact that potentially millions saw the bullying make this whole experience more harmful? (in this case the video was removed almost immediately assuming millions viewed it could be far fetched, although popular videos spread like the flu! Anyway)...

Does that mean if the bullying was not recorded and shared on Google, it would have been less harmful?

I don't think so. Bullying is as damaging even if it's only known to the bully and the victim.

Public humiliation may add insult to injury, yes, but the real problem, the real crime is the bullying. Whether it is done face to face or online is irrelevant. Just like schools cannot always keep an eye on what's happening in their hallways, Google cannot keep track of every video (or other) posted. Just like in schools, when there's a complaint, actions are taken. And in this case Google acted promptly. Actually they should be thanking Google for revealing the bullies.

Technologies are nothing but carriers. It's people who make the crimes. Nobody would think of suing a knife manufacturer just because someone would have used their product to kill. I've been reading a lot about teenagers bullied on blogs and social networks, and even about one girl who committed suicide after being humiliated online. Apparently she received a large number of insults on her own blog and was so hurt she couldn't take all the cruelty.

Privacy regulations are stated very clearly on all social media sites. When these rules are broken, measures are taken. This is justice.

(I only wish that the bullies being punished would serve as a lesson and would actually deter others from recording and posting such videos, but it would be too good to be true, right? One can only hope that administrators of such sites act promptly and severely... As for hoping that all people exercise some sort of decency - and compassion - and refrain from bullying altogether, well that would be utopia...)



. S H A R E . T H I S . P ✮ S T .



Ma Page sur Hellocoton

1 comment:

mamzellescarlett said...

C'est juste terrifiant toutes ces dérives !
C'est bien que la justice passe par là afin que les jeunes (et les autres) aient un peu conscience qu'ils ne peuvent pas faire tout et n'importe quoi, en toute impunité.